Achille

 Achille aux pieds légers, NiKita Kalos

 

Achille

Où donc cours-tu, Achille, vers où

Volent tes pieds légers, vers quelle

Bataille de prestige et de gloire ?

N’es-tu jamais lassé, héros de l’impatience ?

 

Sous les murailles de Troie,

Hélas, en profanant la dépouille d’Hector

C’est toi, c’est toi que tu profanas

C’est toi qui mourus ce jour-là.

Et maintenant

A quoi te sert le bouclier d’argent, la lance

Meurtrière, au pays de la mort ?

Tu ne reverras plus les ondoyants bocages

Les beaux chevaux dressés dans la lumière,

A moins que par la grâce d’un dieu

Tu oublies tout ce que tu fus

Tu renonces à tout ce que tu es,

Et que ton âme délestée, libérée

Avec humilité s’incarne dans les fleurs.

Texte : Guy Karl